Skip to main content

 » Notre première rencontre  »

 » Notre première rencontre  »

Dans le cycle de la vie, il vous arrivera de nombreuses rencontres. Vous en oublierez la plupart à peine après avoir fait connaissance alors que d’autres vous marqueront à vie, dès le premier regard.

Auparavant, on m’aurait dit qu’une simple rencontre pouvait changer la vie d’une personne, j’aurais été prêt à mettre ma main au feu pour soutenir le contraire.

On aurait dit à Mamadou Ben Moussa qu’il est possible qu’un homme tombe éperdument amoureux d’un simple regard, il vous aurait répondu d’arrêter de rêver debout et que les contes de fée n’existaient que dans les telenovelas brésiliens.

On dit souvent que le cœur a ses raisons que la raison ignore. Moi, j’ajouterai que les yeux sélectionnent l’idéale féminine que notre imagination cautionne et que notre cœur adopte.

L’amour, en réalité, n’existe pas. Du moins c’est ce que je croyais jusqu’à ce que le regard du pauvre Mamadou Ben Moussa croise celui de cette jeune fille à la beauté digne d’une princesse sonrhaï venue tout droit de la cité des Askias.

Elle était majestueusement belle. Une fille au teint noir éclatant, au sourire d’ange et aux dents aussi blanches que les grains de riz « Gambiaka » produit à l’office du Niger.
Jamais, je n’avais vu une jeune fille africaine avec d’aussi beaux cheveux.  Elle n’avait point besoin de mèches brésiliennes ou indiennes, ses cheveux étaient naturellement nappy. Ça lui allait à merveille.
Sa voix était suave, mélodieuse, envoûtante. En fait, c’est ce que je pensais avant même de l’aborder.
Ses yeux, était les plus magnifiques qu’il m’ait été donné de voir jusque là.
En vérité, ma princesse, la reine de mon cœur, était extraordinairement Belle. Elle n’avait rien à envier à la duchesse de Cambridge, Kate Middleton et encore moins à Miss Monde.
Elle était dotée d’une beauté rarissime, elle savait harmoniser les couleurs. Son style vestimentaire loin d’être extravagant faisait encore mieux ressortir sa beauté angélique.

La première fois que je l’ai rencontré, c’était un samedi, lors d’une cérémonie, je faisais le MC quand mon regard a croisé le sien.
J’étais sur le podium et elle dans le public. Quand je l’ai aperçu, mon micro à la main face à la foule, j’en ai perdu mon latin, pendant quelques minutes, avant de me ressaisir.

La cérémonie terminée, je décidais à la retrouver.
Après plusieurs tentatives infructueuses, je la voyais enfin statique, de dos, au téléphone. Mon coeur se mit à battre de plus en plus fort. Je me demandais comment l’aborder.
Jamais, je n’avais ressenti pareille émotion. Jamais je n’avais eu autant peur d’aborder une fille.

Après quelques minutes d’hésitations, elle était sur le point de s’en aller. Je pris mon courage à deux mains.  » On ne meurt qu’une fois  » me disais-je.
Alors je m’approchais tout doucement vers elle et tout en balbutiant, je lançais à son endroit:

 » Bon…Bon…soir la..la…la reine de la beau.. beau…té.. .  »
Elle se retourna vers moi, avec un sourire à couper le souffle et me dit:  » Bonsoir, beau gosse. »

 » Beau gosse ? Qui, moi ? » me suis-je demandé et pour trouver réponse, je me retournais pour voir derrière, s’il s’agissait d’une autre personne.
C’est à ce moment précis que mon téléphone se mit à fredonner :

« Quelques soient tes revers
même si tout va de travers
et si tout semble être à l’envers
prends courage persévère
quelques soient tes ambitions
ta foi et ta dévotion
que tu n’obtiennes satisfaction
donnes toi toujours à fond… « 

C’est une chanson de l’artiste béninois Wilf Enigma, intitulée  » La Vie Ici Bas », et, en réalité, la sonnerie de mon réveil.

Je prends mon téléphone et je jette un coup d’œil, il est 5h30 du matin.
Je me rendis compte alors que cette histoire de première rencontre n’était qu’un rêve.
Je refusais d’y croire. Je frottais mes yeux mais, hélas, cette princesse avait disparu.

Les jours passèrent, j’avais toujours du mal à réaliser que ma reine de beauté n’était qu’un mirage. Jusqu’au jour où je fus convoqué pour une mission et que je me rendis compte de la présence dans la délégation d’ une jeune fille, qui ressemblait trait pour trait à la princesse de mon rêve.

C’était ma première vrai rencontre avec l’élue de mon cœur.
Nous fîmes connaissance et ainsi commença une très belle histoire d’amour…

mamadouben

mamadouben

Mamadou Coulibaly, de son nom de plume '' Mamadou Ben Moussa Coulibaly'', est un jeune Ivoiro-malien. Passionné par le journalisme, il optera après l'obtention de sa maîtrise en Droit Public International et après des formations et stages en journalisme pour ce métier. Animateur radio, Journaliste Reporter d'Images Mamadou est aussi passionné par les nouveaux médias d'où son orientation vers le blogging. Activiste, Mamadou Ben Moussa Coulibaly est engagé au sein de différentes organisations de la société civile malienne militant dans le domaine de la bonne gouvernance, la défense des droits humains...

2 thoughts to “ » Notre première rencontre  »”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.