4 mai 2016

Je vis dans un pays…

Je vis dans un pays…

-Je vis dans un pays où plus de la moitié de la population vit avec moins de 1000 fr par jour alors que des personnes se permettent d’acheter des sacs à main à des millions de francs CFA,

-Je vis dans un pays où lorsque deux médiocres, un qui fait de façon à peine voilée la promotion du  » crack » dans ses chansons et l’autre extravagante et aux mœurs faciles, se convoquent à la police, les réseaux sociaux s’enflamment; à croire que nous n’avons pas des préoccupations assez importantes dans ce pays et que nous ne pouvons utiliser autrement ces réseaux pour faire avancer les choses .

-Je vis dans un pays où le chômage des jeunes bat son plein; où les jeunes assis, à attendre les 200 mille emplois promis par le président n’ont que leurs théières pour tenir afin de ne pas perdre patience en attendant le geste promis par le père Noël Bouraman.

-Je vis dans un pays, où certains jeunes se démarquent, ils sont engagés, mais engagés pour la plupart dans des actions isolées, chose qui n’est pas de nature à créer une masse critique assez forte pour un changement positif..

-Je vis dans un pays, où encore en 2016, il existe dans le secteur des télécommunications, un monopole qui ne dit pas son nom (Orange et Malitel, deux sociétés dont France Télécom est indirectement actionnaire); où le coût de la connexion internet rivalise avec le coût du loyers, du sac de riz; où la démocratisation de l’ internet est un leurre et l’accès au haut débit est un mirage.

-Je vis dans un pays où le divorce atteint des records, si le dimanche à Bamako c’est le jour des mariages, le lundi à Bamako c’est le jour du rendez-vous devant le juge

-Je vis dans un pays où il fait en moyenne 35° en période de chaleur mais où il n’est pas rare de voir en circulation sur la moto des personnes habillées en vestes trois pièces ou dans de gros ensemble boubou bazin, (j’imagine leur souffrance, sous cette chaleur assassine)

-Je vis dans un pays où le délestage en pleine période de chaleur est quotidien, où les deux compagnies censées nous fournir de l’eau et de l’électricité se font une compétition afin de remporter la prime de la médiocrité. (d’ailleurs c’est dans le noir que j’écris ce billet)

-Je vis dans un pays où la paix tant annoncée semble aujourd’hui, au regard de la situation qui prévaut un mirage

-Je vis dans un pays où le mot politicien se conjugue avec les verbes : vol, mentir, détourner, corrompre…

-Je vis dans un pays où l’opposition se fait appeler  » opposition démocratique et républicaine  » (tout ceci afin de caresser le pouvoir dans le sens du poil) ;
à croire qu’ailleurs l’opposition est autoritaire et non républicaine.
Soit on est opposant, soit on ne l’est pas.

-Je vis dans un pays où le quotidien, c’est la misère; où l’espoir s’amenuise; où le futur s’annonce, si rien est fait, sombre; à voir le bateau tangué, on a du mal à reconnaître le capitaine qui avait pourtant juré mordicus que  » Inch’Allah » à coup de bâton magique il redresserait le pays.
Désemparée, la population qui ne sait plus à quel saint se vouer essaie tant bien que mal d’être optimiste avec des slogans du genre  » ça va à la malienne  » à chaque fois qu’il leur est demandé comment est-ce qu’ils vont ?

Comment se sent-on, quand ça va à la malienne ?

Nb: « Les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite. »

Partagez

Commentaires

Kany
Répondre

N'deysanne ça fait pitié oh

mamadouben
Répondre

Malheureusement Kany la réalité au pays dans lequel je vis est triste, pitoyable...

Pacha
Répondre

Je vis vraiment dans un pays l'anormal est anomal et vice-versa